[3D] [FINI] Voyage au centre de la terre

GO TO ADMIN PANEL > ADD-ONS AND INSTALL VERTIFORO SIDEBAR TO SEE FORUMS AND SIDEBAR

Gillus

Membre très actif
#1


Bonjour à tous.

J'ai enfin décidé de participer à cette entreprise surtout que j'aime beaucoup Jules Verne ainsi que son univers très particulier.
Comme je savais pas trop sur quoi me lancer j'ai fait le tour du proprio. Et comme chacun le sais, il y a de quoi faire.
Enfin bref, donc après avoir lu le livre " voyage au centre de la terre" je vous fais part de mes recherches.

Tout d'abord, le pourquoi du comment de la chose. Alors pourquoi "voyage au centre de la terre"? Parce que j'aime beaucoup les grottes,les montagnes, la lave, la mer et les dinos très gros. Ce qui est d'ailleurs fabuleux dans ce livre c'est la découverte de la vie au milieu du choc des éléments. Ou, comment l'eau, la terre, le feu créent la vie dans un lieu qui n'est pas prévu pour ( ou maintiennent la vie ).

Le seul reproche que je ferais à ce livre, c'est la linéarité du récit et des actions. Grosso modo ça donne: j'avance, je tombe sur un truc, j'avance , je tombe sur une autre chose, etc... Le récit et surtout les lieux sont extrêmement sectorisés. Or les possibilités sont immenses.

Je pense donc faire plutôt un " Retour au centre de la terre".

L'image sera un condensé de l'univers du livre avec les même personnages. On verra les personnages venant de débarquer du radeau et découvrant un monde débordant de vie au milieu du granit et de la roche en fusion.

Pour ceux que ça intéressent voici les descriptif des 3 personnages donné par le livre. Cela permet de cerner leur attitude ainsi que leur apparence.

Axel Lidenbrock:
Je restai seul. Mais de faire entendre raison au plus irascible des professeurs, c’est ce que mon caractère un peu indécis ne me permettait pas.

Au bout d’une heure, mes géodes étaient étagées avec ordre. Je me laissai aller alors dans le grand fauteuil d’Utrecht, les bras ballants et la tête renversée. J’allumai ma pipe à long tuyau courbe, dont le fourneau sculpté représentait une naïade nonchalamment étendue ; puis, je m’amusai à suivre les progrès de la carbonisation, qui de ma naïade faisait peu à peu une négresse accomplie.

Oui, après-demain matin, à la première heure. » Je ne pus en entendre davantage, et je m’enfuis dans ma petite chambre.

Otto Lidenbrock:
Voilà donc le personnage qui m’interpellait avec tant d’impatience. Représentez-vous un homme grand, maigre, d’une santé de fer, et d’un blond juvénile qui lui ôtait dix bonnes années de sa cinquantaine. Ses gros yeux roulaient sans cesse derrière des lunettes considérables ; son nez, long et mince, ressemblait à une lame affilée ; les méchants prétendaient même qu’il était aimanté et qu’il attirait la limaille de fer. Pure calomnie : il
n’attirait que le tabac, mais en grande abondance, pour ne point mentir.

il avait jeté dans un coin sa canne à tête de casse-noisettes, sur la table son large chapeau à
poils rebroussés, et à son neveu ces paroles retentissantes.

Il professait « subjectivement », suivant une expression de la philosophie allemande, pour lui et non pour les autres. C’était un savant égoïste, un puits de science dont la poulie grinçait quand on en voulait tirer quelque chose : en un mot, un avare.

Mon oncle, malheureusement, ne jouissait pas d’une extrême facilité de prononciation, sinon dans l’intimité, au moins quand il parlait en public, et c’est un défaut regrettable chez un orateur. En effet, dans ses démonstrations au Johannaeum, souvent le professeur s’arrêtait court ; il luttait contre un mot récalcitrant qui ne voulait pas glisser entre ses lèvres, un de ces mots qui résistent, se gonflent et finissent par sortir sous la forme peu scientifique d’un juron. De là, grande colère.

Mon oncle ne laissait pas d’être riche pour un professeur allemand. La maison lui appartenait en toute propriété, contenant et contenu. Le contenu, c’était sa filleule Graüben, jeune Virlandaise de dix-sept ans, la bonne Marthe et moi. En ma double qualité de neveu et d’orphelin, je devins son aide préparateur dans ses expériences.

Hans Bjelke:
lls engagent un chasseur d'eider.

Il causait en danois avec un homme de haute taille, vigoureusement découplé. Ce grand gaillard devait être d’une force peu commune. Ses yeux, percés dans une tête très grosse et
assez naïve, me parurent intelligents. Ils étaient d’un bleu rêveur. De longs cheveux, qui eussent passé pour roux, même en Angleterre, tombaient sur ses athlétiques épaules. Cet indigène avait les mouvements souples, mais il remuait peu les bras, en homme qui ignorait ou dédaignait la langue des gestes.

Tout en lui révélait un tempérament d’un calme parfait, non pas indolent, mais tranquille. On sentait qu’il ne demandait rien à personne, qu’il travaillait à sa convenance, et que, dans ce monde, sa philosophie ne pouvait être ni étonnée ni troublée.

Je surpris les nuances de ce caractère, à la manière dont l’Islandais écouta le verbiage passionné de son interlocuteur. Il demeurait les bras croisés, immobile au milieu des gestes multipliés de mon oncle ; pour nier, sa tête tournait de gauche à droite ; elle s’inclinait pour affirmer, et cela si peu, que ses longs cheveux bougeaient à peine ; c’était l’économie du mouvement poussée jusqu’à l’avarice.
Ce personnage grave, flegmatique et silencieux, se nommait Hans Bjelke ; il venait à la recommandation de M. Fridriksson. C’était notre futur guide. Ses manières contrastaient singulièrement avec celles de mon oncle.

Aussitôt
l’agile Islandais grimpa comme un chat et, en quelques minutes,
le paquet nous rejoignit

Pour ceux que ça interresent vraiment voici un pdf où ce trouve les personnages, équipements et lieux visités ( partie) le tout sur 7 pages.http://www.kymeris.com/xtrn/verne/perso_lieux_centre_terre.pdf

Maintenant que je vous ai présenté les personnages, voici comment je vais essayé de procéder:

- Concept 2d:recherche des concepts, du cadrage, de l'ambiance ainsi que des perso.
- Concept 3d: Rought 3d rapide et blocage du cadrage.
- Modélisation:Base def puis high def, découpe des décors, persos etc...
- Éclairage, texture rendu et tout le tsoin tsoin.
- Etalo final.

Soft utilisés:
- maya
- zbrush
- xsi
- photoshop

Voici déjà quelques speed pour l'ambiance et les compos.

Ah la compo sera certainement verticale. Le speed paysage est là seulement pour l'idée de taille de la caverne ainsi que l'ambiance.








Voilà c'est tout pour un premier jet.

Critique et commentaires bienvenue.

Et surtout bonne chance à tout le monde et qu'on s'amuse bien.

[EDIT] Image finale:

 

slyer

Membre très actif
#4
La compo est sympa et les p'tits speed painting sont cool !!!
J'aime bien les deux tonalités... couleur froide devant et chaude en arrière plan.

Bonne chance !
 
Haut